Le marche bio de Toulouse

Voir les photos

L'agriculture Biologique

L'agriculture biologique est un mode de culture basé sur l'observation et le respect des lois de la vie, qui consiste à nourrir les plantes, non pas de façon artificielle avec des engrais solubles, mais en favorisant au maximum le développement équilibré des êtres vivants du sol qui élaborent et fournissent à leur tour aux plantes tous les éléments dont elles ont besoin (C. Aubert, l'agriculture biologique, Paris, Éd. Le courrier du livre, 1970).

D'un point de vue législatif, l'agriculture biologique est un mode de culture réglementé, comprenant des pratiques autorisées ou interdites, consignées dans des cahiers des charges officiels. Les producteurs sont soumis à des contrôles annuels et leur production est ensuite certifiée. Ils peuvent alors apposer le label AB sur leurs emballages.

L’appellation biologique peut être délivrée à des produits agricoles végétaux, à des produits de l’élevage et à des produits transformés. Depuis peu, il existe également des produits cosmétiques et des produits d’entretien biologiques.

Ce mode de culture diffère radicalement de l’agriculture conventionnelle et de l'agriculture raisonnée, d'abord pour des raisons techniques, parce qu'il évite totalement les pesticides et engrais chimiques de synthèse, vraies causes des problèmes de pollutions actuelles d'origine agricole.

Ensuite, et principalement, parce qu’il repose sur une conception globalement différente du travail de l’agriculteur. Le « vrai » producteur bio est avant tout un paysan : son exploitation est de petite taille et tend à intégrer plusieurs activités : polyculture élevage, productions multiples et complémentaires, transformation à la ferme, vente directe… L’agriculteur bio s’inscrit dans un projet de société global et son action a une visée écologique et sociale à long terme.

 

Une agriculture qui a longtemps dérangé :


L'agriculture biologique des « pionniers » dérangeait pour au moins deux raisons :

– Remise en cause totale de quasiment tous les intervenants de la chaîne de production agro-alimentaire : exploitations agricoles sur-dimensionnées et suréquipées, industries chimique et agro-alimentaire, grande distribution…

Une agriculture d'économie qui intéresse peu l'économie de marché : la pratique du compost, le refus des pesticides de synthèses, la sélection de variétés peu gourmandes en eau, la limitation des intrants énergivores, le recours à la vente directe locale, la diversité des cultures limitant la mécanisation à outrance… Tous ces judicieux principes qui ménagent l'environnement, n'intéressent pas beaucoup une machine économique hypertrophiée à la recherche permanente de production systématique de biens et de services.
Cependant, depuis 2009, les tenants d'une agriculture biologique plus « accessible à tous » (traduction en langue de bois d'une agriculture moins exigeante, que l'on pourra -enfin- produire en masse) ont réussi à infléchir le règlement européen de l'agriculture biologique dans un sens plus laxiste essentiellement pour l'élevage des animaux, contre l'avis des producteurs bios français (voir le site de la FNAB).

 

Une agriculture extrêmement sophistiquée :


Citons simplement ici les principes les plus remarquables :

Intégration avant l'heure des principes du développement durable : l'agriculteur a aussi pour rôle le maintien d'une « écologie de campagne » en contribuant à maintenir un tissu rural riche et vivant - un concept repris récemment par de récentes lois agricoles.

Respect et application des lois écologiques fondamentales (biodiversité, complémentarité sol-plante, durée des procédés naturels, etc.) .

Développement de normes ou de principes innovants, dont cherchent à s'inspirer actuellement d'autres modes d'agriculture ou de production : traçabilité, lutte biologique intégrée, etc.

Innovation permanente dans la lutte contre la dégénérescence des espèces, les parasites, etc.

 

Une agriculture performante :


Si l'on tient compte des fonctions économiques, environnementales et sociales que devrait remplir tout mode de production agricole sain, l'agriculture biologique est extrêmement performante : dans certains cas, sa production peut atteindre et même dépasser les quantités produites par les méthodes « chimiques » de production, et ce, tout en restaurant les paysages et en faisant vivre plus de personnes à l’hectare que l’agriculture conventionnelle.

A long terme, elle est très performante également car elle préserve la vie des sols et des êtres vivants. La conversion de la totalité des terres agricoles françaises à la bio permettrait de procurer une source de revenus à des dizaines de milliers de familles supplémentaires.

 

Une nouvelle étape :


Reconnue depuis 1981 en France et 1991 seulement en Europe par les instances officielles, l'agriculture « bio » profite d'une croissance légitime, mais doit affronter de nombreux défis :

Pression des industries de biotechnologies dont la politique commerciale agressive et expansionniste menace gravement la survie des agricultures paysannes écologiques du monde entier, alors que leurs produits (semences OGM) n’apportent pas les solutions promises (les gains de productivité ne sont pas au rendez-vous, la consommation d’intrants chimiques augmente à nouveau après quelques années), et que les agriculteurs rechignent de plus en plus à perdre leur autonomie au niveau des semences…

– Tentation permanente de réduire la bio à son seul volet agricultural et d'en faire un mode de production industrialisé avec pour seul souci une rentabilité immédiate maximale, d’où la tentation de fraudes et de réglementations au plus bas niveau.

– Globalisation économique actuelle qui incite fortement à une agriculture tournée vers l'export, et à une production mondiale agricole spécialisée par pays ou régions (Brésil pour la production d'aliments pour le bétail européen…), menaçant l’autonomie alimentaire de nombreuses régions et favorisant à long terme la désertification des terres agricoles.

 

Quelques sites à découvrir pour aller plus loin...

Agence bio : www.agencebio.org

L'Agence BIO est un groupement d'intérêt public en charge du développement et de la promotion de l'agriculture biologique. C'est un site officiel, vous y trouverez des informations règlementaires, rien de plus.

Nature et Progrès : www.natureetprogres.org

une association de consommateurs et de  professionnels unis dans un même mouvement: l'agriculture biologique.

FNAB : www.fnab.org

syndicat des producteurs bios, autonome vis à vis des grandes centrales syndicales des agriculteurs, crée par les « pionniers » de la bio dans les années 70.

FRAB Midi-Pyrénées : http://biomidipyrenees.org/

Regroupe les paysans bios sur la région.

Terre Vivante : http://www.terrevivante.org/

association écologique très proche de nos préoccupations publiant de nombreux livres très riches sur et autour de l'agriculture biologique ; à lire, entre autre, « Une autre assiette » de Cl. Aubert, agronome précurseur de la bio.

Nikiema Angélique

Nikiema Angélique 62, chemin de Belers 82700 Saint-Porquier tél : 0... Lire la suite

Attention, marché déplacé du 26/11 au 07/01

ATTENTION : Le marché sera déplacé du 26 novembre au 7 janvier : les samedi place d'Arménie (allées Jean Jaurès sur la gauche, à 100m des boule... Lire la suite